TOME G : 1 950 NOTICES

Premier nom : GAALON (de)
Dernier nom : GYVÈS (de)

Exemples de notices figurant dans le Tome G :

GAILLY de TAURINES (en 1922), olim GAILLY–TAURINES (1892), olim GAILLY (1746) : Belgique (Brabant), puis Champagne (Charleville, Ardennes). Ancienne bourgeoisie. A la suite de l’alliance de 1815, entre Auguste GAILLY et Marie–Louise de TAURINES, leurs descendants entreprirent de joindre leurs noms, en plusieurs étapes : un premier décret, du 4 avril 1892, en faveur de Charles GRAILLY–TAURINES, mais sans « friandise» , puis un second décret, du 4 mai 1922, en faveur de quatre membres de la familles GAILLY–TAURINES, afin de transformer leur nom en «GAILLARD de TAURINES», soient 107 ans après l’union de leurs aïeux.

GALAUP (de) : Quercy (Villeneuve–sur–Lot, 1756, Lot et Garonne), La Réunion (Saint Benoît, 1801), Berry (Orsennes, 1879, Indre). Cette famille qui est une branche de la famille qui suit s’est établie à l’Isle Bourbon ( devenue La Réunion, comme l’on sait ), en 1799, où elle fit souche, avec la descendance d’un officier de Marine. Cette branche s’est éteinte, en ligne féminine, en 1879, à Orsennes (Indre). Sources (RICQ, page 1007).

GALAUP de La PĒROUSE (de) : C’est bien sûr la famille du célèbre marin, cartographe et explorateur que Louis XVI avait envoyé, pour parcourir le Pacifique, au nom de la France. On rapporte que le Roi – Martyr, juste avant de périr sur le sanglant échafaud révolutionnaire, eut ce mot : «A-t-on des nouvelles de Monsieur de La Pérouse ?» . Famille éteinte, en ligne féminine, au début du XIX° siècle.

GANTELMI d’ILLE : Provence (Saint Julien, 1650, Alpes de Hte Provence). Très ancienne et honorable bourgeoisie (leur patronyme d’origine était DILLE) ayant d’abord occupé des fonctions de notaire royal, puis elle tenta de s’agréger à la noblesse ( un échec, cependant, avec une amende pour l’usurpation de la qualification d’écuyer, contre Pierre DILLE, lors des Grandes Recherches, ordonnées en 1696). Plusieurs consuls d’Aix, au cours des XVII° et XVIII° siècles. Un jugement de 1870 ( tribunal d’Aix ) modifia DILLE en d’ILLE. On note, enfin, au XIX° siècle, André GANTELMI d’ILLE demande de changer de nom , le 6 septembre 1873, afin de pouvoir le porter sous la forme «de GANTELMI d’ILLE» . Cette demande n’eut pas de suite, car aucun décret ni jugement ne suivirent.

Tome G

TOME G   

Publié en Août 2010

ISBN : 97823595700526